Bandeau famille

Lettres de France et d’Allemagne – Sommaire

Lettres de France et d’Allemagne

En août 1944, après la libération de Paris,
les F.F.I. sont incorporés dans l’armée régulière.

famille_Jeandot Serge_1945_18 septembre 1944 – Nous sommes casernés au Vieux Fort de Vincennes.

7 décembre 1944 – En 6 semaines nous devons nous mettre dans le crâne ce que l’on apprenait à St Cyr en 2 ans.

13 janvier 1945 – Nous avons reçu la visite du Général de Gaulle.

1er février 1945 – … le Maréchal des Logis porteur de ce message […] vous apporte 2 stères de bois.

16 mai 1945 – Avez-vous fêté la victoire à Paris ? Il parait que c’était formidable.

Après le 8 mai 1945,
les alliés occupent l’Allemagne vaincue

3 juin 1945 – Voici la première lettre écrite du Grand Reich allemand, tombé en décadence et maintenant occupé à son tour.

13 juin 1945 – Que se passe-t-il à Paris ? Dans ce cher Paris que je voudrais bien revoir car d’après ce qu’on raconte, il aurait bien changé depuis le jour V de la victoire.

12 juillet 1945 – Et vous que devenez-vous à Villemomble ? Est-il vrai que le ravitaillement est toujours aussi restreint ? L’on se demande vraiment ce que fait le ministère du ravitaillement.

Retour en France – Mulhouse et Belfort

10 septembre 1945 – En ce qui concerne ma demande de mutation elle a au contraire des chances d’aboutir puisque les Commissariats Militaires de Gare sont supprimés en date du mois d’octobre,  le 1er exactement. Mis en ligne le 4/02/2016

25 septembre 1945 – Après tout l’armée serait une situation d’avenir ; je demande sans cesse des renseignements sur les débouchés dans la vie civile et Dieu sait s’ils sont rares aujourd’hui. Mis en ligne le 4/02/2016

5 octobre 1945 – … dans ce trou de Belfort où je remplis […] la besogne de Commissaire Militaire de Gare…

27 octobre 1945 – Lorsque ce papier tant attendu daignera arriver jusqu’à moi, je poserais une demande de mutation pour l’Indochine. L’avancement est beaucoup plus rapide là-bas et pour un jeune officier d’active, la métropole n’offre pas beaucoup d’avantages. Mis en ligne le 11/02/2016

3 novembre 1945 – J’attends toujours ma nomination qui se fait attendre. Et Dieu sait si c’est urgent. J’ai écri[t] une lettre au Commandant Henry [2], pour le prier de se renseigner auprès du Colonel Bernard, j’attends sa réponse. […] Yvette me passe un savon sur sa lettre lorsque je dis que je désire partir en Indochine lorsque ma nomination sera effective. Mis en ligne le 11/02/2016

12 novembre 1945 – Réponse du commandant Henry. Mis en ligne le 11/02/2016

3e R.E.I. au Camp de Carpiagne

21 janvier 1946 – Parti de Villemomble j’ai échoué pour débuter à Saint-Usage, puis à Marseille, puis à Aubagne (près Marseille) puis au camp de Carpiagne (où se trouve stationné le 3e R.E.I.) puis au camp de la Lègue où je suis en ce moment pour un stage d’instruction de huit jours avec nos amis britanniques…

Voir aussi :

Album de Serge JEANDOT au 3ème Régiment Étranger d’Infanterie

En route vers l’Orient

famille_bateauPasteur2 avril 1946 – Le bateau a quitté le port le dimanche 31 Mars à 17 heures … Nous fonçons sur Port-Saïd… Pendant longtemps les mouettes nous ont suivi…

8 avril 1946 – Ce samedi 6 à 7 heures du matin nous étions en vue de Suez. Puis notre bateau s’engagea dans une Mer Rouge calme […] je ne regrette pas mon volontariat pour l’Indochine…

20 avril 1946 – […] la petite île de Sabang […] Un grand bal organisé par les colons réunit toute la population blanche et les jeunes filles indigènes […] L’une d’elle m’emmena admirer les danses locales.

23 avril 1946 – […] nous piquons droit sur Saïgon où nous arrivons après-demain matin […] Il était question de désertion […] C’étaient trois légionnaires allemands dont l’un, le chef de file, était un ex-officier instructeur SS […]

⇒ Lettres d’Indochine

⇐ Retour à Serge Jeandot – Lettres d’un soldat de 1944 à 1947