Se rappeler leurs noms

Ci-dessus : Cité de la Muette à Drancy (93) en février 2022 – plaque tournante de la déportation des Juifs de 1942 à 1944

Avec l’occupation allemande et l’instauration du régime du maréchal Pétain, le sort des Juifs de France est scellé. Un statut spécial leur est imposé, leurs biens sont confisqués et leur déportation « vers l’Est » est programmée.

Trois générations d’historiens ont étudié et mis en évidence la collaboration du régime de Vichy avec le IIIe Reich et un antisémitisme d’État qui amena ses dirigeants à devancer les exigences des nazis.

À Troyes, comme partout en France, s’observe alors une « collaboration de bureau ». Autrement dit, une « banalité du mal » qui, à quelques exceptions près, s’insinue à tous les niveaux de décision de l’État français, imprégnant tous les rouages de son administration.

Grâce à un important corpus d’archives, d’études et de témoignages, ce constat se vérifie à l’échelle de cette ville moyenne de la zone occupée où sont suivis au plus près les processus mis en œuvre : l’identification et le marquage d’hommes, de femmes et d’enfants ; leur mise au ban de la société ; puis leur déportation vers les centres de mise à mort nazis.

Il est primordial de le rappeler, encore et encore. « C’est arrivé. Cela peut donc arriver de nouveau ; tel est le noyau de ce que nous avons à dire. Cela peut se passer et partout » (Primo Levi).

⇒ Commander aux éditions L’Harmattan

(frais de livraison : 0,99 €)

Ou auprès de votre libraire

Éventuellement sur les sites de ventes à distance (FNAC, Cultura, Amazon, etc.) 

∴∴

Voir aussi :

Se rappeler leurs noms – Table des matières

Mes précédents ouvrages

∴∴∴