Lettre du 11 juillet 1946

cochinchine1949

Carte extraite de L. BODARD, L’enlisement, Editions Gallimard, 1963.

Bentre, le 11 Juillet 1946 (1)

Mes très chers parents, ma très chère sœur,

En cette fin de journée mouvementée, à la lueur d’une maigre bougie (il est 22 heures) je trouve enfin quelques instants de liberté pour vous envoyer une lettre, peut-être assez courte. Comme annoncé dans une lettre précédente, notre compagnie vient de faire mouvement. Nous avons quitté une région entièrement pacifiée pour nous retrouver dans une ile, comprise entre deux bras du Mékong, infestée de salopards plutôt remuants et actifs. Mais le courage et la bonne volonté ne nous manquent pas, nous leur faisons subir le sort réservé aux Viet-Minhs de la région de Di An (2), à ceux qui voudraient semer la terreur et l’assassinat dans notre belle Cochinchine. Cette île à la végétation très luxuriante et aux immenses rizières est d’une richesse inouïe. La population est francophile et laborieuse ; mas des bandes de bandits qui paraît-il recherchent l’indépendance de leur pays pratiquent les attaques par surprise contre de faibles détachements ou les assassinats des Annamites dévoués à la cause française. Pendant ce temps, que se passe-t-il à Fontainebleau (3) ? Nous voudrions le savoir ! Pourquoi discuter avec des gens qui vous adressent de gracieux sourires et de belle courbettes, une fois le dos tourné, tirent le coup de feu qui doit vous réduire au silence. […].

Le sommeil me gagne. Il est vrai que les deux dernières nuits ont été passées dans la nature. Avant hier, l’un de mes sous-officiers, un sergent, a été blessé à la jambe par une balle du Viet-Minh. Ce n’est pas grave heureusement. Dans trois semaines il sera à nouveau sur pied.

Je termine cette courte lettre en espérant de tout cœur qu’elle vous trouvera tous en excellente santé. Je vous serre sur mon cœur et vous embrasse de toutes mes forces.

Serge

Sous-lieutenant Jeandot Serge

S.P. 53-342 Extrême-Orient

P.S. Voici, ci-dessus ma nouvelle adresse, car je suis détaché avec ma section au P.C. du Bataillon, vos lettres m’arriveront plus vite.

Je joins à cette lettre deux photos. D’autres suivront.

Notes :

1. Lettres des 30 juin et 8 juillet 1946 non transcrites.

2Non localisé. Je ne suis pas sûr de l’orthographe (ou Mi Au, ou Mi Mu).

3La conférence de Fontainebleau s’est déroulée du 6 juillet au 10 septembre 1946, avec la participation d’Ho Chi Minh.

Elle aurait été « torpillée » par deux décisions du Haut-Commissaire Thierry d’Argenlieu, car remettant en cause l’accord du 6 mars 1946 entre la France et le gouvernement vietminh, c’est à dire :

– la création de la « République de Cochinchine », qui sapait la perspective d’une unité du Vietnam ;

– la convocation d’une seconde conférence pour organiser une Fédération indochinoise, à laquelle le Vietminh n’a pas été convié. (André THEULIERES, La guerre du Vietnam 1945-1975, Lavauzelle, 1978, p. 43-44).

⇐ Retour au sommaire

Lettre suivante ⇒